Langue des signes
J’ai appris à combiner la langue des signes et la parole pour communiquer
mars 11, 2019
Robot
Un robot pourra-t-il bientôt aider les enfants sourds à communiquer ?
mars 21, 2019

Vous trouvez que j’ai un accent de sourd ?

Accent

 

Vous êtes d’où ?! C’est une question que l’on me pose souvent, tandis que les gens me regardent avec intérêt, se demandant dans quelle contrée lointaine j’ai bien pu développer cette intonation et cette prononciation uniques. Eh oui. Ils ont simplement remarqué mon accent de sourd.

Quel que soit notre degré d’acceptation de nous-même, nous avons tendance à être notre pire critique. Oui, je suis heureuse d’être qui je suis et je n’ai aucun problème à reconnaître que ma perte d’audition fait partie de moi. Mais j’ai découvert quelque chose de nouveau en quittant la bulle de l’adolescence et ceux avec lesquels j’ai grandi… Quelque chose qui a mis à mal ma confiance en moi.

Les gens ont commencé à remarquer mon accent de sourd.

J’ai un accent ?

Durant mon enfance et mon adolescence, tout le monde savait que je n’entendais pas bien. Je suis allée à l’école avec les mêmes camarades pendant des années et la plupart des enseignants me connaissaient. J’étais dans un environnement où les gens savaient comment communiquer avec moi et je n’ai jamais eu l’impression d’être laissée de côté.

Lorsque j’ai quitté le lycée pour la fac, cette bulle de confort s’est un peu étiolée. Je suis allée dans une grande université, dans un autre état, où je ne connaissais personne. J’ai essayé de cacher ma perte auditive et de m’en sortir en société en « faisant semblant », la plupart du temps. Ai-je été convaincante ? Manifestement, probablement pas tant que ça. Je suis sûre que, parfois, certains ont dû penser que je les ignorais lors de conversations alors qu’en réalité, je ne les ai pas entendus ou pas compris. Et comme personne n’a rien dit sur le moment, j’ai pensé que cela ne s’était pas remarqué.

Lorsque j’ai commencé à étudier l’audiologie, j’ai développé une meilleure compréhension de moi-même et de ma perte auditive. Cela m’a aidé à accepter ma perte d’audition comme faisant partie de ce que j’étais et à ne plus ressentir de gêne. D’accord, j’étais en audiologie, branche qui traite des problèmes d’audition et d’équilibre. J’étais entourée de personnes qui avaient effectivement une bonne compréhension de mes difficultés de communication et savaient comment s’adapter à mes besoins en la matière.

« Cela m’a aidé à accepter ma perte d’audition comme faisant partie de ce que j’étais et à ne plus en être gênée. »

J’ai terminé mes études et commencé mon internat en audiologie auprès de patients adultes. J’avais hâte de travailler à temps complet comme clinicienne en audiologie et d’être enfin au contact de mes propres patients. Lors de ma première semaine dans le centre d’audition, j’ai rencontré un nouveau client. Après m’avoir expliqué ses antécédents, il m’a demandé si j’avais un problème d’audition. Je l’ai regardé, l’air étonné, me demandant « Comment a-t-il su ? ».

La plupart du temps, je laisse mes cheveux détachés, ce qui cache mes aides auditives. Je préfère ne pas dire immédiatement aux clients que je suis malentendante car j’aime savoir avant pourquoi ils veulent me voir. J’ai répondu à ce nouveau client qu’effectivement, j’étais malentendante, ce à quoi il a répondu qu’il s’en était douté en raison de mon accent. J’ai immédiatement pensé « Mon accent, quel accent ? ». Ne sachant pas si je devais me sentir offensée, j’ai fait comme si de rien n’était et ai poursuivi mon travail. Mais cela n’a pas été la seule fois où j’ai entendu cette remarque.

Un jour, un autre client m’a demandé d’où je venais. J’ai répondu que j’étais de Long Island, New York. Il m’a regardé, un peu déconcerté, sous-entendant que mon accent ne correspondait pas à celui de Long Island. J’ai précisé que mon accent new-yorkais ressortait sur certains mots mais il n’a pas paru satisfait de ma réponse. Il a alors remarqué mes appareils auditifs et m’a demandé si j’étais sourde. Je n’ai pu que confirmer et il a dit que ceci expliquait cela. J’ai vraiment été décontenancée par cette remarque, la trouvant grossière, mais de nouveau je n’ai rien dit et ai poursuivi le rendez-vous.

Le coup fatal a été porté par mon petit ami de l’époque, qui ne cessait de me corriger lorsque je parlais. Si, au début, ce n’était qu’un mot de temps en temps, il en était arrivé à reprendre tout ce que je disais. Pour lui, c’était sa manière de m’aider afin que je paraisse plus professionnelle. J’ai été choquée et blessée par ses explications. Il m’a donné l’impression que mon phrasé était inintelligible et a sérieusement ébranlé ma confiance en moi.

À lire également : Comment avoir confiance en soi avec une perte auditive

Ces remarques m’ont poussée à m’interroger sur l’intelligibilité de mon discours, au point de me faire perdre confiance lorsque je devais prendre la parole en public. Est-ce que tout le monde pouvait dire que j’avais un accent de sourd ? Pourquoi les gens m’adressaient ces remarques maintenant alors que jamais auparavant, de manière si directe, personne ne m’avait dit que j’avais un accent de sourd ? Je sais que j’ai une perte auditive importante et que, même avec des années d’orthophonie, ma manière de parler est différente. Mais je ne m’attendais pas à ce que les gens m’en parlent.

« Cela m’a poussée à m’interroger sur l’intelligibilité de mon discours, au point de me faire perdre confiance lorsque je devais prendre la parole en public, me demandant si tous pouvaient dire que j’avais un accent de sourd ? »

J’ai demandé à ma famille et à mes amis ce qu’ils pensaient de ma façon de parler. La plupart m’ont dit qu’ils étaient habitués à entendre ma voix, de sorte qu’il leur était difficile de répondre honnêtement. D’autres m’ont dit que j’avais un léger accent de sourd mais qu’il était minime et à peine perceptible.

Merci d’avoir remarqué !

J’ai décidé de consulter une orthophoniste pour une évaluation. Au terme de l’examen, elle ne comprenait pas très bien pourquoi j’étais là. Étant donné mon lourd passé avec une perte auditive sévère à profonde, je m’en étais plutôt pas mal sorti. Elle n’a pas estimé qu’une rééducation était nécessaire. Mais nous avons décidé que quelques séances pourraient m’aider à « nettoyer » et renforcer certains des sons avec lesquels j’avais des difficultés. Après ces séances, ma prononciation a peut-être été un peu plus propre mais le fait est que j’ai un accent de sourd. Ce que j’accepte désormais.

Je sais que les gens peuvent communiquer avec moi et me comprendre sans souci. Lorsque je prends la parole en public, je reçois d’excellents retours. Cela ne me contrarie plus que les autres jugent ma façon de parler.

Ma perte auditive et mes expériences font partie de ce qui me permet d’être la personne que je suis aujourd’hui. Je ne changerais rien en ce qui me concerne car je suis heureuse d’être qui je suis. Et si certains ont envie de dire que j’ai un ‘accent de sourd’, je réponds simplement ‘merci d’avoir remarqué’. Je suis effectivement sourde ! Laissez-moi vous montrer mes fantastiques aides auditives et toutes les fonctions super cool qu’elles proposent. À eux maintenant d’écouter tout ce que j’ai à dire sur ce qui me passionne, l’audiologie.

Vous dit-on que vous avez un accent de sourd ? Comment réagissez-vous vis-à-vis de ceux qui vous font la remarque ? N’hésitez pas à nous en parler en commentaires !