Voyager sereinement avec des aides auditives
Voyager sereinement avec ses aides auditives, conseils et astuces d’ambassadeur globe-trotteur
10 mai 2023
Flexibilité cérébrale et implant
La flexibilité cérébrale accélérerait l’audition après l’implantation cochléaire
7 juin 2023

Perte auditive et trouble du spectre de l’autisme

Une étude collaborative de la Medical University of South Carolina (MUSC) a établi une corrélation entre perte auditive et trouble du spectre de l’autisme (TSA). Les personnes atteintes de TSA souffrent en général d’une sensibilité accrue aux sons. Les chercheurs tentent depuis longtemps d’expliquer les raisons de cette hyperacousie. De précédents travaux ont étudié les chemins neuronaux à l’intérieur du cerveau dans l’espoir de trouver un potentiel lien entre TSA et hypersensibilité auditive, en vain jusque-là.

Obstacle

Avant de découvrir une corrélation entre perte auditive et trouble du spectre de l’autisme, on indiquait que certains patients atteints de TSA étaient aussi malentendants. Chez ce type de patients toutefois, on constate que la perte auditive conduit à une sur-stimulation sensorielle accrue. Une intense sollicitation sonore pouvant parfois devenir inconfortable et insurmontable. Comment la perte auditive dans ce cas en vient-elle à sur-amplifier les sons ?

Le phénomène intéressant impliqué ici pourrait être celui du gain central. Une réaction adaptative résultant de la réduction de l’information sonore. Cette théorie suggère qu’en cas de stimulation auditive affaiblie, le corps augmenterait le gain neuronal. Ce gain neuronal se traduit généralement par une stimulation sonore excessive pouvant être aussi douloureuse que désagréable.

 « La perte auditive conduit à une sur-stimulation sensorielle accrue »

Le Dr Hainan Lang souhaitait donc savoir si ce gain central pouvait conduire le cerveau des personnes atteintes de TSA à réagir de manière erronée. Son approche se heurtait jusqu’alors à un obstacle majeur. « Nous ne disposions d’aucun modèle cliniquement pertinent pour tester directement cette question fondamentale ».

À lire également : Avantages des implants cochléaires pour les enfants sourds présentant un trouble du spectre de l’autisme

Collaboration

L’étude décisive dont il est ici question a été le fruit d’une collaboration entre le Département de neuroscience, le Département de pathologie et de médecine laborantine, et le Programme de recherche auditive de la MUSC. Ces différents départements ont pour l’occasion mis en commun leurs connaissances respectives en matière de génétique et de biologie cellulaire. En s’associant au Dr Christopher Cowan, le directeur du Département de neuroscience, le Dr Lang pouvait ainsi tester son modèle préclinique. Par le passé, le laboratoire du Dr Cowan avait déjà testé des souris dotées d’un gène très spécifique, le MEF2C. Dans le cas d’un développement neuronal typique, ce gène existe en deux exemplaires fonctionnels. Le gène MEF2C est un facteur de transcription qui contribue au développement de nombreux systèmes corporels : systèmes cardiaque, cérébral, immunitaire et vasculaire.

 A lire également : Phonak Roger utile en cas de trouble du spectre autistique

En étudiant la mise en œuvre de ce gène dans le développement cérébral, le laboratoire du Dr Cowan avait eu l’occasion d’observer des symptômes similaires à certains comportements typiques des TSA comme les actions répétitives et l’hyperactivité. Ces symptômes apparaissaient lorsqu’un seul exemplaire du gène MEF2C était fonctionnel. Et certaines souris dotées d’un seul gène MEF2C fonctionnel présentaient aussi une légère perte auditive.

Intriguée par ce potentiel lien entre perte auditive et trouble du spectre de l’autisme, l’équipe s’est donc lancée dans une étude plus approfondie. Les chercheurs ont ainsi découvert que l’activité du nerf auditif était réduite chez ces fameuses souris dotées d’un seul gène MEF2C fonctionnel. Ils ont même pu constater que leur perte auditive ressemblait beaucoup aux dégénérescences auditives liées au vieillissement.

Perte auditive et trouble du spectre de l’autisme : conclusion de l’étude

Mais pourquoi une telle réduction de la fonctionnalité du nerf auditif ? L’étude a conclu à différentes conséquences. L’existence d’une inflammation accrue autour des nerfs, d’une dégénérescence vasculaire et d’une activation des cellules immunitaires. Ces facteurs spécifiques auraient alors causé la destruction du nerf auditif et entraîné une perte auditive.

« Nous savons à présent que l’activité du nerf auditif peut aussi impliquer le système immunitaire. C’est la nouvelle piste incroyablement intéressante que nous aimerions désormais explorer », déclare le Dr Lang.

« Nous savons à présent que l’activité du nerf auditif peut aussi impliquer le système immunitaire. C’est la nouvelle piste incroyablement intéressante que nous aimerions désormais explorer. »

Grâce à ces nouvelles découvertes, les chercheurs peuvent aujourd’hui continuer à étudier la corrélation entre perte auditive et trouble du spectre de l’autisme. Ce travail les aide à mieux comprendre le rôle du gène MEF2C dans le développement et dresse un tableau plus exact de la cause des symptômes auditifs.

L’équipe HearingLikeMe
L’équipe HearingLikeMe
Les auteurs de l’équipe HearingLikeMe rédigent sur le blog des articles autour de la perte auditive. Ensemble, nous pouvons apprendre à mieux vivre avec et en défendre la cause plus activement