Barbara
Barbara Markert – liens étroits
juillet 12, 2019
Scène
Prêt à remonter sur scène, mais cette fois avec des aides auditives
juillet 17, 2019

Un monde nouveau grâce aux solutions Phonak CROS B-R

CROS B-R
J’ai souffert toute ma vie de surdité unilatérale. C’est un trait de mon identité avec lequel j’ai appris à vivre. Un jour, un collègue m’a demandé si j’avais déjà entendu parler de Phonak Cros B-R. Il m’en a dit un peu plus sur ces aides auditives spécialement conçues pour les personnes atteintes de perte auditive unilatérale.

Pour être honnête, au début, j’ai cru qu’il se trompait. Je pensais qu’il était impossible qu’une chose pareille existe. Autrement, l’un des nombreux médecins croisés tout au long de ma vie m’en aurait certainement parlé, non ? Eh bien non, apparemment… Une simple recherche sur Google a suffi à confirmer que mon collègue avait raison. Les solutions CROS B-R pour personne atteinte de déficience auditive unilatérale existent bel et bien.

 

Sur la piste des solutions Phonak CROS B-R

Le système Phonak CROS existe depuis quelque temps déjà, mais le CROS B-R est la nouvelle solution rechargeable dernier cri. La solution parfaite pour moi, qui mène une vie plutôt active et bien remplie. Comme en témoignent les emballages de petit-déjeuner à emporter qui encombrent les vide-poches de ma voiture.

J’avais beaucoup de questions et de doutes concernant cette solution. Dans ce cas précis, le pire pour moi aurait été que ces aides auditives soient inconfortables à porter et fragiles, comme prêtes à tomber en permanence. Je me posais aussi des questions sur leur apparence. Je me demandais ce que cela ferait « d’entendre » des sons avec mon oreille sourde et comment mon cerveau le gérerait. (Il faut dire que certains jours, je n’arrive déjà pas à me souvenir où j’ai mis mon téléphone juste quelques minutes après l’avoir eu entre les mains… Je n’étais donc pas totalement sûre de savoir si mon cerveau était vraiment prêt à ça.)

Avec mon habituelle vision pessimiste, je savais qu’avoir ces aides auditives ne serait pas comme agiter une baguette magique pour « réparer » le problème. Mais malgré tout, il y avait tellement à gagner de pouvoir percevoir des sons avec mon oreille sourde. Il fallait absolument que j’explore cette possibilité.

 

Consultation chez un audioprothésiste

La première étape consistait à prendre rendez-vous avec un audioprothésiste pour faire quelques tests avant l’adaptation définitive. J’ai donc consulté Tara chez Tripp Hearing à Witney dans l’Oxfordshire. Elle a été formidable et m’a bien expliqué toutes les caractéristiques des aides auditives et leur fonctionnement. En gros, l’une des aides (celle qui irait derrière mon oreille sourde) agirait comme un microphone et ce son serait transmis sans fil à l’appareil auditif sur mon oreille entendante. Cela me permettrait pour la première fois de ma vie d’avoir le « son en stéréo ».

« …ce son serait transmis sans fil à l’appareil auditif sur mon oreille entendante, me permettant pour la première fois de ma vie d’avoir le « son en stéréo ». »

Nous avons effectué un certain nombre de tests standard : d’abord le test du « cliquez quand vous entendez le bip », mais aussi d’autres que je n’avais encore jamais faits. L’un d’entre eux consistait à écouter et répéter une phrase énoncée au milieu d’un bruit de fond important. Je dois avouer que celui-là était particulièrement difficile !

L’un de mes moments préférés de la consultation a été quand Tara a mis une caméra dans mon oreille. Cela m’a permis de tout voir à l’écran : c’était fantastique ! Je n’avais jamais vu l’intérieur d’une oreille avant ça. J’étais incroyablement étonnée de découvrir que mon oreille n’était qu’un tout petit « espace » et pas le labyrinthe sombre et profonde que j’avais imaginée (j’ai vraiment trop regardé de vidéos YouTube de gens qui trouvent des araignées dans leurs oreilles).

Tara a également effectué des tests de pression pour voir si mes tympans étaient perforés. La caméra a révélé une zone fine sur chacun de mes tympans, très certainement due aux diabolos que j’avais eus étant enfant. Un médecin m’avait déjà parlé de la présence de perforations dans chacune de mes oreilles. J’étais un peu nerveuse à l’idée de faire le test de pression, j’avais peur que cela ne soit déplaisant et douloureux.

En fait, cela s’est très bien passé, je n’ai absolument rien senti. Chose étonnante, le test a montré que mes deux tympans étaient parfaitement intacts, ce qui m’a rendue heureuse. Soit les perforations présentes auparavant s’étaient résorbées, soit le diagnostic de départ était erroné. Quoi qu’il en soit, c’était pour moi une excellente nouvelle.

 

L’appareillage !

Une fois les tests terminés, nous sommes passées à la phase la plus intéressante/angoissante pour moi : l’adaptation à proprement parler. Tara a sorti mes solutions CROS B-R et j’ai été impressionnée par leur petite taille. Elles n’avaient rien à voir avec les énormes appareils carrés et encombrants que j’avais vus sur des personnes âgées. Celles-là étaient élégantes et compactes.

J’avais opté pour du noir. J’aurais pu les choisir couleur chair pour un effet discret, mais cela aurait été inutile, car mes cheveux teints d’un roux flamboyant les auraient colorées en rose en seulement quelques jours !

J’ai mis les solutions. Cela s’est d’abord avéré un peu délicat, mais c’est devenu plus facile après quelques tentatives. J’ai été surprise de leur légèreté et du fait que je ne sentais rien du tout si ce n’est les clips de sécurité qui permettent de les maintenir en place.

Tara a alors commencé à les régler et quand elle les a allumées, ça a juste été incroyable. C’était comme si le son autour de moi s’était amplifié et que tout semblait plus « vaste ». Ça m’a un peu submergée au début, mais c’était très excitant. Pour être honnête, j’étais très impatiente de pouvoir expérimenter toutes ces situations d’ordinaire si ennuyeuses lorsqu’on souffre de surdité unilatérale. J’avais hâte de voir comment ces solutions allaient les améliorer. Un début très agréable et très prometteur en somme. J’étais consciente que des difficultés et des étapes progressives jalonneraient ce parcours, mais j’étais prête à m’engager sur cette nouvelle voie.

« C’était comme si le son autour de moi s’était amplifié et que tout semblait plus « vaste ». »

A lire également : Comment les solutions Phonak CROS ont fait la différence dans la vie de Dominic

 

Test des solutions CROS B-R en situation réelle

J’ai alors fait un petit test à l’extérieur du centre auditif. J’ai descendu la rue en marchant avec mes nouvelles solutions CROS B-R et je ne pouvais m’empêcher de m’enthousiasmer de tous les sons que j’entendais de toutes parts. Une femme en talons aiguilles marchait du côté de mon oreille sourde et j’ai réussi à entendre très clairement le cliquetis de ses chaussures. Une voiture montait la rue derrière moi et je n’ai pas sursauté parce que je l’avais entendue arriver. Un groupe de jazz jouait en haut de la rue et je pouvais l’entendre, quelle que soit la direction empruntée.

Sur le trajet du retour en voiture, j’ai commencé à écouter l’une de mes playlists préférées.  Mon inquiétude sur le son « bizarre » que risquait d’avoir la musique à travers mes solutions s’est aussitôt dissipée et je n’ai pu m’empêcher de sourire. La musique avait au contraire cette nouvelle qualité, cette incroyable « ampleur ». C’était comme si j’arrivais à en saisir l’intégralité pour la première fois de ma vie. En chantant/criant les paroles, j’ai aussi pris conscience de cette « ampleur » dans ma voix. J’avais le sentiment de m’entendre vraiment pour la toute première fois. Heureusement, ce n’était pas aussi atroce que d’entendre sa propre voix sur des enregistrements.

 

Réglage des aides auditives

Quelques semaines plus tard, « l’ampleur » a commencé à s’estomper.

Tara m’avait expliqué qu’il me faudrait revenir après le premier réglage pour réajuster les aides auditives, que mes oreilles auraient besoin d’un temps d’adaptation et qu’il faudrait alors affiner les choses.

Je suis donc allée voir Brian Eccles, un autre audioprothésiste, car c’était plus proche pour moi. Brian a été incroyable ! Il a fait quelques tests, puis s’est attelé aux réglages et presque instantanément cette merveilleuse « ampleur » était de retour. Depuis, j’apprécie chaque instant avec mes solutions CROS B-R. J’avais également commencé à trouver mes clips de sécurité assez inconfortables, Brian me les a donc enlevés. J’étais un peu embarrassée en découvrant qu’il m’aurait été facile de le faire toute seule, mais j’avais trop peur d’altérer quoi que ce soit sur mes merveilleuses nouvelles solutions.

« Cette merveilleuse « ampleur » était de retour et depuis, j’apprécie chaque instant avec mes aides auditives. »

Je me suis rendu compte que mes solutions tenaient très bien par elles-mêmes. J’ai tout de même acheté un cordon de sécurité avec des boucles en silicone qui se fixent aux aides auditives afin de les maintenir plus solidement en place lorsque je me retrouve dans des environnements plus turbulents/agités.

Le réglage du volume est sans aucun doute la fonction la plus sympa que Brian m’ait procurée. Je peux augmenter le son en appuyant sur le bouton situé sur mon aide auditive droite. De la même façon, je peux baisser le son en appuyant sur la solution CROS B-R de l’oreille gauche. On aurait pu penser qu’une personne qui a attendu toute sa vie pour entendre le son dans son intégralité n’aurait pas besoin du bouton pour baisser le volume… Mais quand je me suis retrouvée au supermarché un peu plus tard ce jour-là et qu’une petite fille a piqué une colère (sa maman ne voulait pas qu’elle lèche le pain posé sur l’étagère…), j’étais vraiment heureuse de pouvoir le faire.

Pour en savoir plus sur le Phonak CROS, cliquez ici !

Editorial Staff
Editorial Staff
The HearingLikeMe editorial team includes Jill von Bueren, Kirsten Brackett and Lisa Goldstein.