humour
Pourriez-vous répéter ? Humour et perte auditive
juin 5, 2019
transports en commun
Emprunter les transports en commun malgré une perte auditive
juin 20, 2019

Le dialogue parents-enfants favorise le développement du langage chez les jeunes enfants

dialogue
Une nouvelle recherche suggère que le dialogue fréquent entre adultes et enfants renforce les connexions entre les zones cérébrales essentielles au développement du langage.

Une étude publiée dans le « Journal of Neuroscience » s’est servie d’un dispositif d’enregistrement audio interne pour suivre, le temps d’un week-end, l’exposition au langage et les effets du dialogue en situation réelle de 40 enfants âgés de 4 à 6 ans.

Les enfants fréquemment engagés dans des dialogues avec les adultes possédaient des connexions plus développées entre l’aire de Wernicke et l’aire de Broca, deux zones cérébrales cruciales en matière de production et de compréhension de la parole.

 

La qualité du dialogue plutôt que la quantité

Les résultats des IRM ont montré une plus grande connectivité de la matière blanche dans le cerveau pour les enfants qui prenaient plus souvent la parole en une heure.

La connectivité cérébrale était la plus élevée chez les enfants prenant plus de 200 fois la parole au cours d’une conversation en une heure.

Fait significatif, le dialogue augmentait la connectivité cérébrale indépendamment du nombre de mots entendus.

C’est donc la qualité des paroles et non leur quantité qui était responsable des meilleurs résultats développementaux.

L’étude a notamment révélé que le dialogue fréquent dès le plus jeune âge générait des niveaux de connectivité cérébrale plus élevés.

 

Le dialogue quotidien

Le dialogue est un flux de conversation entre deux personnes ou plus.

Je visualise le dialogue comme un match de badminton. Les interlocuteurs s’enverraient alors des informations comme les joueurs se lancent le volant.

L’étude souligne l’importance des tours de prise de parole dans une conversation. Je me suis donc fixé comme objectif de générer des échanges riches et continus avec mes enfants. Afin de garder le volant en jeu, en quelque sorte.

Pour la novice que je suis, la meilleure manière de faire durer une conversation avec un jeune enfant est de le laisser choisir le sujet et de lui poser des questions ouvertes. Si les questions fermées génèrent des réponses simples comme « oui » ou « non », les questions ouvertes requièrent davantage de réflexion et d’élaboration.

Voici un exemple de conversations ouvertes que j’ai eues aujourd’hui avec mon enfant de deux ans :

« Oh non, chat parti ! »

« Où est parti le chat ? »

« Chat caché. »

« Allons le chercher. Dans quelle pièce devrions-nous regarder en premier ? »

« Trouver chat caché. »

« Où devrions-nous essayer de chercher le chat ? »

« Chat caché cuisine. »

Le plus dur est de créer un dialogue qui ait du sens à partir d’une ou deux observations générées par un tout-petit.

Il m’arrive souvent de poser des questions fermées par inadvertance (p. ex. : « Est-ce que le chat est parti ? » ou « Pouvons-nous retrouver le chat ? ») et je dois alors reformuler quand mon enfant me propose une réponse fermée.

A lire également : Travailler avec un enfant atteint de perte auditive.

 

Facteurs environnementaux

La découverte sans doute la plus importante de cette nouvelle étude est que le dialogue agit positivement sur le développement du langage chez l’enfant. Et ce, quel que soit le statut socio-économique de sa famille.

De précédentes recherches suggéraient que le langage d’un enfant dépendait presque exclusivement de l’aisance financière et du niveau d’éducation de ses parents. Les enfants issus de familles plus aisées et jouissant d’un meilleur statut bénéficiaient, selon cette recherche, de meilleurs résultats au niveau du langage.

Cette nouvelle étude réfute cette notion, au moins en partie. Les scanners cérébraux réalisés laissent penser que le dialogue est un indicateur environnemental plus important que le statut socio-économique quand il s’agit de prévoir la connectivité de la matière blanche.

 

Gratuit et facile

Favoriser le développement du langage est donc moins une question d’argent et de statut que d’investissements de qualité en temps. L’étude préconise que les équipes d’intervention précoce instituent plus de dialogue afin d’égaliser les chances dans le domaine linguistique.

En sachant cela, on ne peut qu’apprécier le fait que le dialogue est un moyen gratuit, facile et hautement efficace d’obtenir de meilleurs résultats en matière de langage.