Phonak Roger
Travail, maison, loisirs : comment la technologie Phonak Roger a changé la vie de Dorthe à tous les niveaux
mai 6, 2019
santé
Quelles sont les conséquences de la perte auditive sur la santé ?
mai 9, 2019

3 conseils pour faire partie d’un groupe de musique malgré une déficience auditive

musique
C’est un peu ironique pour moi d’avoir choisi de consacrer une bonne partie de mon temps à la musique quand on sait combien il m’est difficile d’entendre la totalité du son d’un groupe.

Je souffre d’une perte auditive neurosensorielle légère à modérément sévère au niveau de l’oreille droite, et d’une perte mixte modérée à sévère du côté gauche. J’ai reçu ma première paire d’aides auditives en CE1 et j’ai commencé à jouer de la trompette en CM2. J’ai tout de suite su que cet instrument était fait pour moi. Je suis en seconde à présent, je joue donc depuis environ cinq ans. J’ai fait partie de différents groupes de musique de la région métropolitaine de Détroit : des groupes de jazz, des orchestres symphoniques et des fanfares. Mon engagement musical m’a certainement enseigné deux ou trois choses sur la perte auditive et la musique !

 

Tout le monde peut jouer de la musique

Bien entendu, tout le monde ne fera pas des merveilles avec son premier instrument. Il faudra peut-être abandonner le rêve de devenir joueur professionnel de flûte.

Mais la panoplie d’instruments existants est vaste et variée. Être malentendant a certes été une épreuve, mais pour moi, cela a avant tout été une merveilleuse motivation. Trouver des moyens de contourner ce problème n’a cessé d’être une source d’inspiration. Il n’a pas toujours été facile de réussir à me fondre dans un groupe ni de gérer mon volume et mon intonation.

Mais tous ces problèmes ont des solutions, il faut juste les trouver. N’oubliez jamais que tout ce qui mérite qu’on lui consacre du temps n’est jamais facile à faire. Le chemin est toujours semé d’embûches. Mais il ne tient qu’à vous de les déjouer.

Voici une vidéo de moi en train de jouer « Salvation is Created » avec la fanfare de mon lycée, les Wyandotte Marching Chiefs.

 

Trois conseils pour faire partie d’un groupe

En faisant partie de différents groupes musicaux, de la chorale paroissiale à de grands orchestres, j’ai appris comment m’y prendre au sein de chacun d’entre eux. Chaque ensemble dans lequel vous jouerez sera différent : les membres, les chefs d’orchestre et la musique varieront du tout au tout.

 

1) Toujours se préparer en amont

Vous devez absolument être conscient de ce qui va se passer au cours des répétitions. Vous devez trouver la façon de vous organiser avec votre chef d’orchestre si vous projetez d’utiliser un accessoire FM/Roger au cours d’une répétition ou d’un concert.

On m’a gracieusement prêté un Phonak Roger Pen et j’ai fait en sorte d’en faire bon usage. Lorsque j’utilise un ComPilot II et mes aides auditives Phonak, je peux demander au chef d’orchestre de porter le Roger Pen afin de pouvoir entendre simultanément sa voix et l’ensemble tout entier.

« Lorsque j’utilise un ComPilot II et mes aides auditives Phonak, je peux demander au chef d’orchestre de porter le Roger Pen pour pouvoir entendre simultanément sa voix et l’ensemble tout entier. »

J’ai également essayé de placer le micro de façon stratégique dans la pièce pour pouvoir entendre plus spécifiquement certaines sections du groupe. À groupe différent, organisation différente. Je me suis par exemple rendu compte qu’en jouant un solo dans un groupe de jazz, je n’entendais que moi.

Le Roger Pen s’est avéré très pratique pour entendre différentes sections de l’ensemble. J’ai récemment joué dans un orchestre paroissial qui donne un concert chaque année à Noël pour la messe de minuit. J’ai d’abord hésité à utiliser le Roger Pen, mais une fois que j’ai commencé à m’en servir, j’ai été époustouflé par le résultat.

Je pouvais entendre le moindre mot de la chef d’orchestre qui ne demandait pas mieux que de m’aider par tous les moyens. Mon conseil : ne jamais avoir peur de demander l’aide du chef d’orchestre.

A lire également : Comment apprécier la musique lorsque l’on entend moins bien

 

2) Connaître ses limites

Il y aura des mauvais jours, mais qu’importe ! C’est inévitable, certaines journées seront moins faciles que les autres. Quand vous souffrez d’une perte auditive et que vous jouez d’un instrument, vous avez d’autres soucis plus importants à vous faire. Vous devez être un musicien suffisamment accompli pour vous fondre dans le groupe et bien jouer !

Il vous arrivera d’être confronté à ce problème de façon différente selon votre instrument ou le type de musique que vous jouez. Vous aurez également la responsabilité supplémentaire de bien penser à votre technologie auditive. Assurez-vous qu’elle est bien chargée, connectée et surtout qu’elle fonctionne.

« Vous aurez également la responsabilité supplémentaire de bien penser à votre technologie auditive. Assurez-vous qu’elle est bien chargée, connectée et surtout qu’elle fonctionne. »

Quand une journée est difficile, prenez un peu de recul et posez-vous, vous le méritez. Si vous choisissez un instrument de la famille des cuivres, il faudra du temps aux muscles de votre visage pour s’adapter à la façon d’en jouer. Il faudra développer votre endurance. Il y a une expression qui dit : « Reposez-vous autant que vous jouez », autrement dit : prenez votre temps.

 

3) La constance est le maître-mot

Être musicien, et notamment un bon musicien, est une affaire de pratique. Vous devez trouver votre rythme et vous y tenir. Je me suis rendu compte que les jours où je me demandais « Oh, et puis qu’est-ce que ça peut bien faire si je ne m’entraîne pas aujourd’hui ? » finissaient pas me faire beaucoup de tort.

En revanche, si je suis fidèlement mon programme d’entraînement, mon style, mon endurance et ma musique en général ne cessent de s’améliorer. Il en va de même de la façon d’utiliser votre instrument auditif ! Une fois, j’ai essayé de placer le Roger Pen sur mon pupitre et de retirer l’une de mes aides auditives pour réussir à entendre l’ensemble du groupe.

J’ai vite compris que cela ne fonctionnait pas et que cela ne faisait que me frustrer, car je n’arrivais pas à entendre le chef d’orchestre. Je continue à chercher ce qui me convient et cela change pour chaque groupe que j’intègre. En revanche, quand je trouve quelque chose qui fonctionne, je m’y tiens !

J’adore jouer différents types de musique, mais j’aime tout particulièrement le jazz. Entendre chaque section de l’ensemble peut s’avérer compliqué et il me faut souvent lutter pour réussir à entendre le contrebassiste. Je travaille depuis quelque temps avec mes nouveaux amis chez Phonak et avec mon chef d’orchestre pour trouver des solutions à ce problème.

« Je travaille depuis quelque temps avec mes nouveaux amis chez Phonak et avec mon chef d’orchestre pour trouver des solutions à ce problème. »

Nous avons déjà bien progressé et chaque essai nous permet de continuer à avancer. Gardez tout ça en tête et dites-vous bien que rien ne peut naître de l’inaction. Tout ce qui en vaut la peine est toujours difficile.

J’ai, pour ma part, découvert que jouer de la trompette était une vraie aubaine. Cela m’a permis de voyager un peu partout, de rencontrer des gens fabuleux. Et ça m’a aidé à découvrir qui j’étais vraiment.

Je poursuis mes rêves sans relâche tout en surmontant ma perte auditive. J’espère que cet article encouragera d’autres personnes à vouloir apprendre à jouer d’un instrument et dissipera leurs craintes à l’égard de leur perte auditive. Je suis toujours prêt à répondre aux questions concernant la perte auditive en tant que musicien. N’hésitez pas à me contacter via les réseaux sociaux.

Suivez Finn sur Instagram en cliquant ici !