audioprothésiste
J’entends encore mieux maintenant, grâce à mon audioprothésiste
août 12, 2020
mesures sanitaires
Mes aides auditives rendent les mesures sanitaires plus supportables
août 26, 2020

Astuces pour combattre la fatigue auditive à l’université

fatigue auditive
La fatigue auditive peut rendre les études supérieures plus difficiles pour les personnes malentendantes. Voici quelques conseils que j’ai recueillis pour vous aider à combattre la fatigue auditive à l’université.

La fatigue auditive se manifeste différemment chez chacun. Pour ma part, les efforts déployés pour écouter les professeurs me provoquaient des maux de tête lancinants au beau milieu des cours. Leur intensité croissante m’empêchait de me concentrer sur mon travail après les cours. Pour tout dire, ces « maux de tête auditifs » comme j’aime à les appeler sont franchement nuls. Surtout quand vous êtes à l’université et qu’on attend de vous d’être productif. À force de tâtonnement, j’ai fini par trouver comment lutter contre ma fatigue auditive.

1) Évitez d’enchaîner les cours dans votre emploi du temps

Si possible, essayez de ne pas mettre trop de cours les uns à la suite des autres dans votre emploi du temps. La plupart des gens auraient tendance à conseiller d’éviter de prévoir des pauses entre les cours pour optimiser votre temps de présence sur le campus. Mais je ne partage pas ce point de vue. Si vous êtes enclin à la fatigue auditive, je vous recommande d’essayer de limiter votre nombre d’heures de cours dans une journée. Faites attention aux types de cours qui se suivent ou sont regroupés sur une même journée.

Pour ma part, je me suis aperçue que les cours en amphi étaient ceux qui me fatiguait le plus. Il m’est impossible de suivre deux cours à la suite ou peu après. Et ce, quel que soit le type de cours. Après un « amphi » ou une discussion, je m’accorde toujours une pause ou bien je ne programme aucun autre cours. Cependant, la clé pour lutter contre la fatigue auditive à l’université, c’est de réussir à identifier vos forces et vos faiblesses et de créer votre emploi du temps en fonction de ces éléments.

2) Apprenez à connaître votre fatigue auditive

Repérez les moments auxquels votre fatigue auditive est la plus forte ou a tendance à se manifester plus facilement. Si vous savez que votre fatigue auditive est plus importante l’après-midi, essayez d’éviter de programmer des cours à ce moment-là. Si vous êtes constamment épuisé pendant ce cours, quel qu’il soit, cela risque de jouer en votre défaveur. Il vous faudra constamment travailler davantage pour compenser le fait de ne pouvoir être complètement efficace pendant le cours. Il n’est toutefois pas toujours possible de se créer un emploi du temps idéal. Dans ce cas, mes autres conseils pourront vous être utiles.

A lire également : 4 conseils aux enseignants pour aider les élèves sourds à réussir

3) Prévention et distraction

Ma technique de prévention et de distraction consistait à toujours emporter une bouteille d’eau (ou autre boisson) avec moi pour rester hydratée. Plus je suis fatiguée, plus je suis encline à la fatigue auditive. En plus de rester hydratée et éveillée, cette technique me permettait également de me distraire d’un effort trop intense en me concentrant sur autre chose. Autre composante de cette technique de distraction : apporter un encas en classe ou quelque chose à grignoter entre les cours. En veillant à rester hydratée et pas trop affamée, je me donnais toutes les chances de me prémunir contre la fatigue auditive aussi longtemps que possible. En outre, j’ai constaté que, quand les premiers signes de maux de tête commençaient à apparaître, avoir quelque chose à manger ou à boire me distrayait un peu et me redonnait de l’énergie pour la suite du cours.

« Plus je suis fatiguée, plus je suis encline à la fatigue auditive. »

4) Videz votre esprit

Faites un petit tour rapide entre les cours pour vous vider la tête. Si vous avez programmé des pauses entre des cours plus longs, profitez du moment pour aller vous balader un peu et prendre l’air. Sortir de la pénombre de la classe, ne serait-ce que quelques instants, me changeait déjà un peu les idées. J’en profitais pour aller manger quelque chose ou bien j’utilisais ce temps de pause pour étudier ou me détendre quelque part sur le campus. De cette façon, je restais productive tout en m’assurant de maintenir la fatigue auditive à distance pour mon prochain cours en évitant les efforts d’écoute. En fait, les jours où je me sentais vraiment fatiguée, j’allais même à la bibliothèque faire une petite sieste de 20 minutes. Faites-moi confiance, vous n’êtes pas un vrai étudiant si vous n’avez jamais fait une sieste sur le campus ou ne serait-ce qu’envisager de le faire.

5) Utilisez des compléments d’écoute

Utilisez des assistants d’écoute si vous en avez. C’était pour moi le meilleur moyen d’éviter la fatigue et de préserver mon énergie en classe. Utiliser un microphone comme le Roger Select ou le Roger Pen, peut vous aider à rester productif en cours. Les rares fois où j’oubliais d’emporter mon microphone, entendre me semblait déjà incroyablement difficile. Je devais faire tellement d’efforts que les maux de tête auditifs se manifestaient bien plus tôt, en une demi-heure à peine. Dans ces cas-là, je n’étais plus très productive jusqu’à la fin du cours, et je ne réussissait qu’à noter bêtement que ce qui apparaissait à l’écran.

Les dispositifs de transcription instantanée sont également très utiles pour limiter les efforts. Google Live Transcribe était pour moi l’outil le plus pratique et le plus précis. Je l’utilisais avec le Roger Select de façon à toujours entendre le professeur. Connecté à une tablette grâce au Bluetooth, il retranscrivait tout ce que l’enseignant disait. L’utilisation combinée de ces deux dispositifs me permettait de rester productive. En cas d’inattention, je pouvais toujours revenir en arrière et voir ce que j’avais manqué. Contactez les services dédiés aux questions d’accessibilité de votre université pour voir quelle option vous convient le mieux.

6) Enlevez vos aides auditives

Cela vous permet de faire une vraie pause. Si vous avez dix minutes pour vous rendre à votre prochain cours, déconnectez-vous du monde extérieur en enlevant vos aides auditives ou implants cochléaires. Pour moi, atténuer le son ou se plonger dans le silence est parfois un formidable moyen de lutter contre la fatigue auditive. Si cela vous inquiète de vous retrouver en public « sans vos oreilles », trouvez un endroit calme sur le campus.

Même si vous vous en sortez avec les cours, vous devez ensuite pouvoir rentrer chez vous et vous remettre au travail si vous voulez maintenir votre niveau. Si vous ne vous ménagez pas, vous serez épuisé et improductif pour le reste de la journée. Voilà les quelques astuces que j’ai apprises au cours de mes trois années universitaires. J’espère qu’elles vous seront utiles et que vous réussirez à les mettre en pratique pour que votre expérience universitaire n’en soit que plus agréable. Bonne chance avec vos études !